Est ce que l'amour n'est qu'une équation mathématique? Est ce que finalement ça n'est jamais du ressenti mais seulement une histoire de chimie et d'alchimie? 

Faut-il que l'histoire ait duré longtemps pour que la souffrance soit acceptable?? Je ne crois pas que la durée soit proportionnelle à la peine... On peut s'attacher vite, souffrir vite et aimer vite, se brûler tout aussi vite. 

Et plus l'attachement est rapide plus la chute est dure. 

Alors quoi? Que faut il faire?? Ne plus rien risquer pour éviter de souffrir? Ne plus s'ouvrir ou bien jouer la comédie? 

Puisqu'être soi même ne suffit plus, puisqu'aujourd'hui on choisit un mec ou une meuf comme on irait chez zara choisir un jean, qu'on essaye tranquillement à la maison et qu' on le ramène en magasin parce que finalement on ne sait pas trop s'il nous plait ou pas...... 

Faut il une durée minimale pour qu'on ait le droit de pleurer, d'être malheureuse, de se sentir vide?